Versailles nous invite à rêver…

Une exposition qui promet d’être magnifique.

 

*

Un havre de  de gaité, de couleurs, de matières…

 

*

Une créativité débordante mise en harmonie avec un lieu mythique..

 

*

Joana Vasconcelos expose à Versailles

du 19 juin au 30 septembre 2012…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On a l’impression d’entrer dans un rêve … Son rêve de Versailles, de luxe, de baroque…

 

* * *

Voici ce qu’elle en dit:

 » Le Château de Versailles est le lieu de l’art par excellence, un lieu dans lequel les artistes se sont toujours sentis chez eux, l’investissant non comme un lieu d’exposition, mais bien comme un lieu habité par l’art. C’est un espace plein, complet, riche, où rien en apparence ne semble pouvoir être ajouté. C’est le décor idéal pour célébrer l’audace, l’expérimentation et la liberté; le génie créatif apprécié comme nulle part ailleurs.


Si mon travail se développe autour de l’idée que le monde est un opéra, Versailles incarne l’idéal opératique et esthétique qui m’anime. Les oeuvres que je propose existent pour ce lieu, je les vois liées à Versailles, de manière intemporelle. Quand je parcours les salons du Château et ses Jardins, je sens l’énergie d’un espace qui gravite entre la réalité et le rêve, le quotidien et la magie, le festif et le tragique. J’entends encore l’écho des pas de Marie-Antoinette, la musique et l’ambiance festive des salons. Comment serait la vie à Versailles si cet univers exubérant et grandiose était transféré à notre époque?


Interpréter la dense mythologie de Versailles, la transporter dans la contemporanéité, évoquer la présence d’importantes figures féminines qui l’ont habité, en s’appuyant sur mon identité et mon expérience de femme, portugaise, née en France, sera certainement le défi le plus fascinant de ma carrière. »


 

 

 

 

 

*  Pour en savoir plus *

25 juin 2012

24 juin 2012

Dernière semaine…

… POUR DECOUVRIR OU REDECOUVRIR

LES SUBLIMES IMAGES DE HIROSHI WATANABE.

 

Photographe partageant sa vie entre Los Angeles et le Japon, Hiroshi Watanabe est l’auteur d’images très fortes mêlant sans cesse réalité et factice.

 

Qu’il soit l’auteur d’un « reportage » sur la Semaine sainte espagnole ou la disparition de Venise par la métaphore des masques classiques du carnaval ; qu’il mette en lumière l’humanité des singes sarumawashi (singes dansants, tradition japonaise datant de 1000 ans) ou celle des poupées « d’agrément » (véritable phénomène de société traduit de manière ambigue dans sa série Love point) ou mette à distance la spontanéité des joueurs de Kabukis, apprêtés et fardés pour la scène, Watanabe brouille les pistes et nous entraine dans un univers esthétisant, profond et propice à la réflexion.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les tirages argentiques de son théâtre photographique sont tous réalisés par l’artiste et l’on ne peut qu’admirer la technique du photographe, qu’elle soit au moment de la prise de vue (lumière et cadrage si subtils d’Hasselblad) et du tirage.

 

La douceur des tons, la profondeur des noirs, l’intensité des regards méritent de se déplacer à Genolier à la galerie AD (route de la gare 1) jusqu’au 30 juin. Les séries sont présentées par pièce (une série par espace et ce, sur plusieurs étages), ce qui renforce leur impact. La neutralité du lieu et la lumière ambiante sont autant d’atouts pour présenter ces images noir / blanc qui vous enchanteront sans aucun doute.

 

 

Un coup de coeur de longue date pour l’oeuvre de ce peintre des sentiments, que l’on n’a trop rarement l’occasion de pouvoir admirer  en Suisse…

 

Pour ceux qui désirent en voir plus > son portfolio.

21 juin 2012